Sunday Book-Thought 80

En fait, le narcissisme contemporain se déploie dans une absence étonnante de nihilisme tragique; c’est dans une apathie frivole qu’il apparaît massivement, en épit des réalitiés catastrophiques largement exhibées et commentées par les media. Qui, à l’exception des écologistes, a la conscience permanente de vivre un âge apocalyptique? La «thanatocratie» se développe, les catastrophes écologiques se multiplient sans pour cela engendrer un sentiment tragique de «fin du monde». On s’habitue san déchirement au «pire» que l’on consomme dans les media; on s’installe dans la crise qui, semble-t-il, ne modified guère les désirs de bien-être et de loisirs. La menace économique et écologique n’a pas réussi à pénétrer en profondeur la conscience indifférent d’aujourd’hui; il faut s’y résoudre, le narcissisme n’est en rien l’ultime repli d’un Moi désenchanté par la «décadence» occidentale et se jetant à corps perdu dans la jouissance égoïste. Ni version nouvelle du «divertissement» ni aliénation – l’information n’a jamais été aussi dévelopée -, le narcissisme abolit le tragique et apparaît comme une forme inédite d’apathie faite de sensibilisation épidermique au monde et simultanément d’indifférence profound à son égard : paradoxe qu’explique partiellement la pléthore d’informations dont nous sommes assaillis et la rapidité avec laquelle les événement mass-médiatisés se chassent les uns les autres empêchant toute émotion durable.
Gilles Lipovetsky, L’ère du video: Essais sur l’individualisme contemporain (Paris: Gallimard, 1983), pp. 74-75.

Advertisements

Have something to say?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s