Sunday Book-Thought 82

J’ajouterais cependant que la première leçon à tirer de tout ceci est une leçon sur l’engagement : le cerveau électronique ne saurait s’engager dans la vie, l’art, la politique, se mouiller, se dépenser : c’est là sa faiblesse bien entendu, mais cela fait la preuve que l’engagement de l’écrivain, dans un réalité sociale, assure seul que l’homme qui écrit saura dépasser le niveau des mots et du hasard.
Le cerveau électronique fait la preuve que l’écrivain non-engagé se situe à la surface des choses, reste superficiel comme une machine.
Jacques Godbout, ‘Partout les Machines Monotones’, in Le machine à écrire (mise en marche et programmée par Jean A. Baudot) (Montréal: Les Éditions du Jour, 1964), pp. 57-64 (p. 62).

Advertisements

Sunday Book-Thought 67

Computers can do better than ever what needn’t be done at all.
Making sense is still a human monopoly.
Computers need only programmed instructions and codified inputs to handle sequential data and analysis to yield information more rapidly than people. But no computer ‘know-how’ can transform breakdowns into breakthroughs without human insight. Knowing what to do is still a human monopoly. Only people can make sense by dislocating unfamiliar situations into meaning.
Marshall McLuhan and Barrington NevittTake Today: The Executive as Dropout (New York: Harcourt Brace Jovanovich, Inc., 1972), p. 109 (emphasis original).